La vape a réussi d’accomplir ce que l’Etat ne peut pas

Une bonne information et une réglementation équilibrée sont plus efficaces que l’interdiction pure et simple : du bon sens, et pourtant…

Les collégiens, les lycéens et les étudiants ont augmenté leur consommation de cigarettes électroniques, malgré les préoccupations croissantes.

Bien que la consommation de nicotine chez les mineurs et les décès dus à des maladies pulmonaires liées au tabagisme constituent un réel problème, les produits de vapotage légaux et une information précise auprès des consommateurs peuvent combattre ces effets au lieu de les aggraver.

Nous devrions nous réjouir de la présence d’alternatives au tabac et soutenir des produits sûrs et légaux.

Au début, il n’y avait que les étranges sosies de cigarettes qui s’allument lorsque vous preniez une bouffée. De nos jours, le marché de la cigarette électronique s’est élargi pour inclure beaucoup de variétés différentes, afin de donner un choix plus sûr au consommateur.

Cette dernière phrase étonnera sans doute de nombreux lecteurs – à juste titre. Si vous avez suivi l’actualité du vaping et les craintes qui entourent désormais ces produits, vous pourriez penser que la simple idée d’encourager les e-cigarettes devrait être une infraction criminelle.

L’exemple du Royaume-Uni

Aucun produit potentiellement nocif ne doit être encouragé. Cependant, dans le cas de l’e-cigarette, il faut reconnaître ses effets de réduction des méfaits. Public Health England (l’agence du département de la Santé au Royaume-Uni) a évalué en 2015 (et confirmé depuis) que le vaping est au moins 95% moins nocif que la cigarette conventionnelle.

Le Royaume-Uni, en particulier, montre qu’une politique permissive en la matière est meilleure pour aider ceux qui veulent arrêter de fumer. Entre 2011 et 2017, le nombre de fumeurs au Royaume-Uni est passé de 19,8% à 14,9%.

Dans le même temps, le nombre d’utilisateurs de cigarettes électroniques a augmenté : près de la moitié de ces consommateurs utilisent les cigarettes électroniques comme moyen d’arrêter de fumer.

Pendant ce temps, l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA), ainsi que la plupart des pays européens, publient des avertissements de santé publique concernant la vape. Une récente flambée de maladies pulmonaires « liées aux cigarettes électroniques » a augmenté le rejet de cette innovation.

Les symptômes des personnes affectées comprennent des difficultés respiratoires, des douleurs thoraciques, de la fatigue et des vomissements. Environ la moitié des patients sont des adolescents ou de jeunes adultes.

C’est ici qu’il est important de brosser un tableau complet de la situation.

Qu’y a-t-il dans une e-cigarette ?

Les deux principaux ingrédients utilisés dans les liquides de vape, le propylène glycol (PG) et la glycérine végétale (VG), sont utilisés pour former leur vapeur et ajouter du goût.

A ces deux ingrédients s’ajoute un troisième, habituellement un arôme alimentaire commun que l’on trouve dans les gâteaux, les huiles et d’autres produits alimentaires qui aident à donner au liquide son goût.

Tous ces composés sont des ingrédients alimentaires courants que les organismes de réglementation, dont la FDA, jugent sains et sûrs.

D’autres ingrédients variables incluent l’alcaloïde stimulant, la nicotine. Bien que tous les liquides de la cigarette électronique ne contiennent pas de la nicotine, le produit chimique qui crée une dépendance est le principal attrait pour les fumeurs qui veulent arrêter de fumer.

Comparée à d’autres alternatives, comme les timbres et les médicaments de la thérapie de remplacement de la nicotine, la vape s’est avérée plus efficace.

Le Center for Disease Control (CDC) a publié un rapport le 6 décembre qui a révélé qu’aucun d’entre eux ne contenait de nicotine. La plupart des consommateurs touchés avaient consommé des produits THC sur le marché noir – beaucoup dans des Etats qui n’ont pas légalisé le cannabis.

Dans la plupart de ces terribles cas de maladies pulmonaires liées à la fumée, de la vitamine E a été trouvée dans les liquides. La vitamine E est très nocive lorsqu’elle est inhalée.

En Europe, de plus en plus de pays abordent la question dans la bonne direction. La Direction générale de la santé du Portugal a publié une déclaration disant que les utilisateurs devraient s’abstenir de modifier leurs e-cigarettes liquides ou d’ajouter toute substance qui n’est pas légalement commercialisée et étiquetée.

Il s’agit certainement d’une approche davantage axée sur l’information des consommateurs que l’Etat du Michigan, qui a décidé d’interdire catégoriquement le vaping aromatisé (du moins à titre de mesure temporaire).

Le meilleur chemin pour arriver à la sécurité

Si nous voulons lutter contre les décès dus au marché noir, nous devons adopter des produits légaux sûrs. Un marché légal et réglementé est le meilleur moyen d’éradiquer les mauvais produits et acteurs.

L’interdiction des liquides aromatisés conduira au marché noir ou aux cigarettes ceux qui désirent des goûts différents. Des études récentes ont montré que si les produits de vapotage sont interdits, les utilisateurs de la cigarette électronique actuelles sont plus susceptibles de recommencer à fumer. Ce serait un pas en arrière considérable pour la santé publique.

Il reste encore beaucoup à faire pour briser les mythes sur la question des e-cigarettes. Au-delà de cette question, cependant, voyons ce que les produits ont réellement fait : depuis des décennies, l’Etat tente de convaincre les gens d’arrêter de fumer. Pour ce faire, il a eu recours à des politiques paternalistes, comme la fiscalité, les restrictions en matière d’emballage (le paquet neutre) et de vente, qui se sont toutes révélées inefficaces.

Toute baisse des ventes de cigarettes a été compensée par une hausse des ventes sur le marché noir. Dans cette économie souterraine, les consommateurs sont induits en erreur et ils en souffrent.

Nous devons encourager la commercialisation et l’image de marque de produits sûrs et légaux. L’information des consommateurs est nécessaire pour évincer les produits dangereux du marché noir.

La vape a réalisé ce que des décennies de politiques gouvernementales n’ont pas réussi à offrir aux consommateurs : une alternative viable. Ce type d’innovation doit être célébré, non réprimandé.


Cet article a été publié par La Chronique Agora.

Thanks for liking and sharing!

About Bill Wirtz

My name is Bill, I'm from Luxembourg and I write about the virtues of a free society. I favour individual and economic freedom and I believe in the capabilities people can develop when they have to take their own responsibilities.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s