Interdiction du diesel: ils commencent en Allemagne et terminent chez vous

Par une décision historique, le Tribunal Administratif fédéral allemand a décidé que les villes ont le droit d’interdire les voitures diesel. Les “länder” (Etats fédéraux) du Baden-Würtemberg et de Rheinland-Pfalz avaient interjeté appel à la décision des autorités locales de Stuttgart et de Düsseldorf interdisant les voitures diesel sur leurs routes. Bien que cela ne signifie pas qu’une interdiction sera automatiquement mise en place, il faut tout de même s’attendre à ce que les deux villes appliquent leurs interdictions dans les semaines et les mois à venir. En tant que visiteur, cela signifierait que vous devrez contourner ces très grandes zones, et que les forces de l’ordre commenceraient à contrôler les voitures en fonction de l’essence qu’elles utilisent.

Les voitures diesel ont été critiquées ces derniers mois suite au scandale des émissions de Volkswagen. Le constructeur automobile allemand avait intentionnellement manipulé son TDI (“turbocharged direct injection”) afin de passer le test des normes d’émissions aux Etats-Unis, alors qu’en réalité les voitures émises dépassaient les limites fixées par la loi. Bien au-delà des pratiques de Volkswagen, les écologistes ont désormais pris pour cible le diesel en général. Leur revendication: des dizaines de milliers de personnes meurent chaque année de sa pollution, il faut donc que le législateur interdise ces voitures!

L’ancien président de la société allemande de pneumologie, le docteur Dieter Köhler, contredit ces activistes et ne voit qu’un rôle minime pour la santé de la part des particules et des oxydes d’azote. De nombreuses études expriment des résultats souvent mal interprétés, et les coûts de l’interdiction des véhicules diesel ne seraient en réalité pas proportionnels aux risques pour la santé. Köhler déclare que dans le débat sur les émissions des voitures, il n’est pas vraiment question de la santé de la population, mais d’emplois et de financement de la recherche, d’opportunisme et d’idéologie.

En même temps, quelle étrange façon de mener une politique environnementale! Volkswagen a fini par admettre ses méfaits lors du scandal des émissions, alors pourquoi ne ferions-nous pas simplement appliquer les lois qui sont en place maintenant? Il semble que les «défenseurs de la santé publique» sautent opportunément sur le scandale des émissions pour faire avancer leurs objectifs politiques. Une des organisations qui soutient cette interdiction, “Deutsche Umwelthilfe” (“aide allemande à l’environnement”), se fait sponsoriser par Toyota depuis 20 ans, une entreprise qui vend des alternatives aux voitures diesel. Bien évidemment, recevoir ces aides n’avait aucune influence sur leur détermination.

Un tiers des Allemands conduisent des voitures diesel. Sont-ils censés vendre leurs véhicules dans les mois à venir? Ou pire encore, devraient-ils quitter ces deux villes? Quel sens cela a-t-il  qu’un grand pays européen devienne un fromage suisse de zones interdites au diesel, dans lequel les résidents et les visiteurs devront compter sur les grands contournements lorsqu’ils voyagent à travers le pays? Dès que Stuttgart et Düsseldorf auront passé leurs interdictions, peu  d’autres villes se retiendront de faire la même chose, et étant donné la nature coopérative des militants écologistes, cela les empêchera encore moins de les introduire dans d’autres pays européens. En effet, en juillet dernier, le gouvernement français a décidé d’interdire toutes les voitures fonctionnant à l’essence d’ici 2040. Étant donné que seulement 1,2% des voitures françaises sont électriques, seule une restriction sévère des choix des consommateurs et des sanctions rigoureuses peuvent rendre cela possible dans les 20 prochaines années.

En 2040, si nous avons encore besoin de voitures fonctionnant aux carburants fossiles, l’interdiction serait désastreuse et ne serait probablement pas mise en œuvre. Si nous n’en avons plus besoin à ce moment-là, la législation serait obsolète. Le prétexte, cependant, que c’est le rôle du gouvernement de choisir les gagnants et les perdants dans l’innovation d’un marché libre, est ridicule.

Nous devons nous rendre compte que lorsque les activistes écologistes disent «interdire le diesel», leur objectif réel à long terme est d’interdire tous les véhicules fonctionnant aux combustibles fossiles, quelles que soient les conséquences économiques et sociales que cela entraîne.

Les consommateurs méritent le droit de choisir leurs propres voitures, en utilisant le carburant de leur choix.


Cet article a été publié par Les Echos.

Thanks for liking and sharing!

About Bill Wirtz

My name is Bill, I'm from Luxembourg and I write about the virtues of a free society. I favour individual and economic freedom and I believe in the capabilities people can develop when they have to take their own responsibilities.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s