Si une simple pub vous dérange, ne faites pas d’études

Une publicité aux abords de l’Université de Bruxelles a en a outragé certains cette semaine: le site internet RichMeetBeautiful.be avait fait circuler des panneaux sur lesquels on pouvait lire : “Hey les étudiantes ! Améliorez votre style de vie, sortez avec un sugar daddy !”. Une inscription en tant que “sugar baby” serait gratuite sur le site internet, imaginé comme lieu de rencontre entre des adolescents et des adultes prêts à dépenser de l’argent pour la compagnie de ces premiers. Le phénomène du “sugar daddy” n’est pas nouveau: depuis longtemps, ce genre de relations peu conventionnelles, impliquant de l’argent, ont été des solutions pour les deux parties.

Les ministères des droits des femmes et de l’enseignement supérieur essayent dès à présent d’interdire au plus vite ces services pour cause d’incitation à la prostitution. Cependant, il est important de savoir que la qualification de prostitution est malvenue: les relations “sugar daddy” (à savoir qu’elles peuvent exister dans les deux sens, donc impliquer également des femmes plus âgées souhaitant faire appel aux services de jeunes hommes) ne sont souvent pas du tout d’ordre sexuel, mais assurent plutôt de la compagnie ou une forme d’altruisme des donateurs. Il semble que les deux ministres Isabelle Simonis et Jean-Claude Marcourt ne se sont pas donné la peine de vraiment faire des recherches sur le sujet, mais essaient plutôt de réagir à l’actualité d’une façon populiste.

Il s’avère que l’indignation se trouve non seulement du côté gouvernemental, mais aussi du côté des étudiants. Opaline Meunier, présidente de l’Unécof, l’Union des étudiants de la communauté française, a appelé cette situation “une catastrophe” et parle d’un problème aussi bien légal que moral. Là encore, vu que le “problème légal” est fortement discutable, où se trouve réellement le “problème moral ?”

Une culture étudiante progressiste et souvent féministe, qui réclame l’autodétermination des individus, le choix de décider librement que faire de son propre corps, ne devrait pas être si enthousiaste à l’idée d’utiliser la main du législateur pour faire interdire ce qui ne leur plaît pas. Ce site de rencontre fait de la publicité pour un service tout à fait consensuel. Si nous n’apprécions pas ce service, notre solution est tellement simple: ne pas l’utiliser. De la même façon, rien ne nous oblige à boire de l’alcool, même si nous pouvons voir ces publicités partout en Belgique.

L’université, qui, dans le cas de Bruxelles, s’appelle même l’Université libre de Bruxelles, est censée nous apprendre à réfléchir et à débattre, pas à nous contenter d’interdire tout ce que l’on n’aime pas. Notre vie quotidienne nous confronte à beaucoup de choses que nous n’apprécions pas. Si vous vous sentez oppressés par une simple publicité, alors il vous reste un long chemin à faire pour devenir adulte.

Si nous étions restés dans un tel système régressif de législation des mœurs, jamais aurions-nous progressé sur les questions relatives aux droits des femmes en général. La liberté, c’est de faire des choix pour soi-même sur qui fréquenter, qui aimer, que consommer en ligne. C’est aussi notre liberté de présenter nos objections envers des services que nous considérons comme immoraux.

L’idée d’interdire ce que nous n’aimons pas est antithétique à un modèle libéral progressiste. C’était une idée du passé. Elle peut bien y rester.


Cet article a été publié par La Libre.

Thanks for liking and sharing!

About Bill Wirtz

My name is Bill, I'm from Luxembourg and I write about the virtues of a free society. I favour individual and economic freedom and I believe in the capabilities people can develop when they have to take their own responsibilities.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s